Comment imaginer le futur

Pour trouver de quoi conjecturer, nourrir mon esprit et crédibiliser mon roman, je suis allée me perdre quelques heures dans de nouvelles recherches. Je propose un compte-rendu de mon petit voyage.

La physique de l’impossible

J’ai trouvé que ce serait un bon point de départ. C’est le titre d’un livre que je suis en train de lire, par le physicien Michio Kaku et heureusement, c’est extrêmement accessible.

J’ai appris tellement de choses.

Le livre traite de ce que l’on rencontre très souvent dans les films et les livres de science-fiction, par exemple le voyage temporel, les vaisseaux qui se déplacent plus vite que la lumière ou la téléportation.

L’auteur aborde trois types d’impossibilités :

  1. ce que nous ne pouvons pas faire à l’heure actuelle mais comme les lois de la physique ne permettent pas de dire que c’est « impossible », nous pourrons peut-être le faire plus tard ;
  2. ce qui paraît impossible parce que des connaissances nous manquent mais si nous comprenons certaines choses, il n’est pas dit que cela reste impossible ;
  3. ce qui « transgresse les lois connues de la physique » et paraît donc le plus impossible.
 Et du même auteur, je recommande aussi Une brève histoire du futur.

La fin du monde

Après mon excursion au croisement de la science et de la science-fiction, je me suis tournée vers les théories de la fin du monde, en essayant d’éviter les hurluberlus qui la prédisent avec des dates ou qui se cachent sous-terre en l’attendant. Enfin, chacun son délire, me direz-vous.

Chez les plus crédibles sur le sujet, le journaliste Stephen Petranek avait fait une conférence en 2002, pendant laquelle il proposait 10 fins du monde possibles (10 ways the world could end).

J’ai trouvé la liste plutôt complète.

  • 10-Nous perdons notre volonté de survivre. Pendant que la médecine fait des progrès spectaculaires, en 2017, l’OMS estime à 300 millions le nombre de personnes dépressives dans le monde. Quelqu’un m’en avait parlé et j’avais pensé à rendre la dépression omniprésente dans la ville de mon roman (mais comme je n’y arrive pas bien, je ne sais pas si je vais le faire).
  • 9-Nous subissons une invasion extra-terrestre. La conférence a eu lieu en 2002. Le journaliste parlait de récentes découvertes dans l’espace. Depuis lors, il y en a eu beaucoup d’autres. Il cite un physicien (Gerard O’Neill) qui avait dit que les civilisations occidentales ont détruit toutes les civilisations primitives qu’elles ont rencontré et si des extra-terrestres viennent jusqu’à la Terre, nous sommes clairement les primitifs
  • 8-L’effondrement de l’éco-système. Le conférencier donne de brefs exemples de ce que nous avons détruit, les océans, les forêts et bien sûr les animaux (dommage qu’il ne développe pas plus le sujet) – « Le taux d’extinctions serait aujourd’hui 1000 fois plus important que pendant les 60 millions d’années avant que l’humanité n’apparaisse » selon une étude mentionnée ici.
  • 7-L’Incident d’accélérateur de particules. Je sais ce que c’est depuis que j’ai lu La Physique de l’impossible 🙂
  • 6-La catastrophe biotechnologique. Le conférencier donne l’exemple d’un scandale du maïs génétiquement modifié aux Etats-Unis quand des produits avaient été retirés du commerce au début des années 2000. Il me semble qu’on a évité d’autres catastrophes depuis.
  • 5-L’inversion du champ magnétique terrestre. C’est ce que j’arrive le moins à comprendre dans les sujets scientifiques mais je ne désespère pas ; ça s’est produit pas mal de fois depuis ces derniers millions d’années et il y a 780 000 ans la dernière fois. Je ne comprends pas bien, non plus, pourquoi cette fin du monde est citée en numéro cinq – à moins que le compte à rebours du conférencier n’ait aucun lien avec la probabilité des fins du monde ?
  • 4-Les éruptions solaires.
  • 3-Un nouveau virus mondial.
  • 2-Un trou noir s’approche de la Terre (mais paraît-il qu’il suffirait d’être à un milliard et demi de kilomètre d’un trou noir pour qu’il détruise tout).
  • 1-La possibilité d’un astéroïde. Le plus grand danger qui menace la planète selon le conférencier, qui dit d’ailleurs que la question n’est pas « est-ce que ça va arriver ? » mais quand est-ce que ça va arriver et de quelle taille sera l’astéroïde

Il évoques des solutions à chaque fois. Je n’en ai pas parlé et seulement listé les fins du mondes évoquées. Plus récemment, en 2013, Stephen Petranek a fait une autre conférence pour présenter 8 autres fins du monde (8 more ways the world could end).

Comme j’avais bien aimé la première, j’ai regardé celle-là aussi mais il parle à peu près des mêmes sujets, je crois. J’avoue que j’ai un peu moins suivi. Il y a bien de toutes nouvelles possibles fins du monde dans la conférence :

  • les machines qui deviennent plus intelligentes que nous
  • les éruptions volcaniques
  • une guerre nucléaire

Le sujet de la guerre m’intéresse particulièrement pour mon premier roman.

Des représentations visuelles

Afin de se représenter plus distinctement le futur, rien de tel que quelques vidéos !

Je trouve que celles des inventions technologiques du futur nourrissent bien l’imagination.

Les panoramas d’images, comme celui-ci, m’intéressent pour les représentations de villes du futur.

Il y a tant d’autres vidéos, mais j’ai bien aimé ce top 10 des représentations du futur au cinéma.

Comprendre ce qui s’est passé pour imaginer ce qui pourrait se passer

Je pense que l’histoire se rend utile à quiconque essaie d’imaginer le futur.

Parce que mon roman se passe dans une époque « post-effondrement », je bouquine Effondrement – Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, de Jared Diamond. Je ne finirai pas ce pavé cette année, à moins d’un miracle.

Je ne suis pas déçue. L’auteur parle de sociétés qui ont disparu, par exemple les Vikings du Groenland ou les Mayas, et de sociétés qui n’ont pas disparu, et il propose des explications aux effondrements. C’est super intéressant !!

Je bouquine aussi Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington.

Menacé par la puissance grandissante de l’islam et de la Chine, l’Occident parviendra-t-il à conjurer son déclin ? Saurons-nous apprendre rapidement à coexister ou bien nos différences nous pousseront-elles vers un nouveau type de conflit, plus violent que ceux que nous avons connus depuis un siècle ? Pour Samuel P. Huntington, les peuples se regroupent désormais en fonction de leurs affinités culturelles. Les frontières politiques comptent moins que les barrières religieuses, ethniques, intellectuelles. Au conflit entre les blocs idéologiques de naguère succède le choc des civilisations.

Je bouquine enfin La Peur des barabares de Tzvetan Todorov.

Dans une réflexion qui nous fait traverser des siècles d’histoire européenne, Tzvetan Todorov éclaire les notions de barbarie et de civilisation, de culture et d’identité collective, pour interpréter les conflits qui opposent aujourd’hui les pays occidentaux et le reste du monde. Une magistrale leçon d’histoire et de politique, et une véritable  » boîte à outils  » pour décrypter les enjeux de notre temps.

Je ne sais pas si j’ai mieux compris les sujets clés qu’il me faudrait un peu mieux maîtriser, mais ça me donne des idées.

Fin de la mort

Quelle que soit la raison pour laquelle on tente d’imaginer le futur, il me semble que ceci est la plus fascinante et dérangeante des possibilités les plus impossibles à imaginer et pourtant a priori en passe de devenir tangible.

Pas de lien avec mon roman, mais pour imaginer le futur, je pense qu’il ne faut pas hésiter à aller au plus loin dans le domaine du progrès médical.

La mort de la mort, comme le titre du livre de Laurent Alexandre (La révolution de la vie ou comment la biotechnologie va bouleverser l’humanité).

La génomique et les thérapies géniques, les cellules souches, la nano-médecine, les nanotechnologies réparatrices, l’hybridation entre l’homme et la machine sont autant de technologies qui vont bouleverser en quelques générations tous nos rapports au monde. Il est aussi probable que l’espérance de vie doublera au minimum, au cours du XXIe siècle.
Le face-à-face entre les bioconservateurs et les bioprogressistes va aller en s’amplifiant. De l’homme réparé à l’homme augmenté, il n’y a qu’un pas qui sera inévitablement franchi. Que deviendra notre système de retraites actuel quand l’espérance de vie atteindra cent quatre-vingts ans ? L’homme changera-t-il de nature ? Les religions seront-elles anéanties ou revivifiées ? La mort de la mort préfigure-t-elle la mort de Dieu ?
Sans prendre parti, ce livre analyse le plus précisément et le plus clairement possible les termes du débat. Face à certaines évolutions inéluctables il est encore possible de choisir certaines options. Voyage au cœur des laboratoires où se préparent des révolutions scientifiques imminentes ; voyage au cœur des lobbies qui souhaitent accélérer ou stopper ces fantastiques expériences. Voyage dans le monde politique qui tente de comprendre les retombées éthiques et sociales de cette révolution de demain, le livre du Dr Laurent Alexandre nous offre un panorama vertigineux et passionnant d’enjeux fondamentaux car nous sommes à la veille d’un bouleversement qui fera passer l’ensemble des progrès médicaux du XXe siècle pour des micro-événements.

Pas lu, mais bientôt j’espère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s